INTRODUCTION N°4 ( en français )

      Le marxisme enseigne que, de même que la nature, la société humaine évolue en vertu de lois objectives indépendantes de la volonté humaine.

 

      La découverte des lois essentielles de l'évolution sociale a permis au marxisme d'élever l'étude de l'histoire de l'humanité au niveau d'une science authentique, capable d'expliquer aussi bien le caractère d'un régime social que l'évolution de la société d'un régime à un autre.

 

      C'est là une grande victoire de la science.

 

      Les spécialistes bourgeois des sciences sociales ( sociologie, économie politique, histoire ) n'ont pas réussi à réfuter la conception matérialiste de l'histoire, ni à lui opposer une autre théorie susceptible de rallier la majorité des savants bourgeois. Malgré cela, beaucoup d'entre eux se détournent obstinément du matérialisme historique. Parce que cette doctrine réduit à néant la croyance à l'<< éternité >> du capitalisme.

 

      Si l'on admet en effet que le passage d'un régime social à un autre obéit à des lois, on ne peut pas nier que le capitalisme est appelé lui aussi à céder la place à un autre régime social, plus progressif. Or les capitalistes, et aussi les savants qui dépendent d'eux matériellement ou spirituellement, ont grand-peine à en convenir.

 

      Jamais d'ailleurs dans l'histoire des sociétés de classes, une classe dominante n'a admis que son régime était condamné à disparaître. Les propriétaires d'esclaves ne doutaient pas de l'éternité de leur régime, qu'ils considéraient comme une institution divine. Les seigneurs féodaux qui leur succédèrent estimaient, eux aussi, que la féodalité avait été instaurée par dieu, pour toujours. Cependant ils durent céder la place à la bourgeoisie.

 

      De nos jours, c'est le tour de la bourgeoisie de se bercer d'illusions sur l'<<éternité>> du régime capitaliste.

 

 

( à suivre )

 

Envoyez vos e-mails à:

 

1) pablonodrade@sapo.pt

 

2) filosofia.xauteriana@live.fr

 

3) filosofia.xauteriana@gmail.com

publicado por filosofia-xauteriana às 21:56 | comentar | favorito