LA CONSCIENCE, PROPRIETE DU CERVEAU

 

                      " La conscience, propriété du cerveau "

 

 

link: http://filosofia-xauteriana.blogs.sapo.pt

 

Vos e-mails à:

 

1) pablonodrade@sapo.pt

 

2) filosofia.xauteriana@live.fr

 

 

                    --------------------- // --------------------

 

 

      La conscience est un produit de l'activité du cerveau humain relié à l'ensemble complexe des organes des sens. La conscience est essentiellement le reflet du monde matériel. C'est un processus comprenant des formes multiples de l'activité psychique de l'homme: sensations, perceptions, représentations, conceptes, sentiments et volonté. Sans un cerveau fonctionnant normalement, l'activité normale de la conscience est impossible. La perturbatio du fonctionnement du cerveau à la suite d'une maladie ou de l'ivresse entraîne l'incapacité de penser sainement. Le sommeil est une inhibition partielle, temporaire, de l'activité de l'écorce cérébrale: la pensée s'interrompt, la conscience s'obscurcit.

 

      Ces thèses matérialistes, pour justes qu'elles soient, n'autorisent pas à conclure que la pensée n'est qu'une substance sécrétée par le cerveau. Karl Vogt, matérialiste allemand du XIXème siècle, définissait la pensée comme une espèce de substance particulière, sécrétée par le cerveau, de même que la salive est sécrétée par les glandes salivaires ou la bile par le foie. C'était là une idée vulgaire sur la nature de la pensée. L'activité psychique, la conscience, la pensée est une propriété particulière de la matière, mais nullement une substance particulière.

 

      En résolvant le problème fondamental de la philosophie, nous opposons la conscience et la matière, l'esprit et la nature. La matière, c'est tout ce qui existe indépendamment de la conscience, en dehors de la conscience. Aussi, ceux qui identifient la conscience et la matière commettent-ils une grave erreur. Lénine indiquait: << Dire que la pensée est matérielle, c'est faire un faux pas vers la confusion du matérialisme et de l'idéalisme >>. En effet, si la pensée n'est rien d'autre que la matière, il s'ensuit qu'il n'y a pas de différence entre la matière et la pensée.

 

      L'opinion selon laquelle la conscience est une substance matérielle est souvent attribuée par les idéalistes au matérialisme marxiste. Ils agissent ainsi afin de réfuter plus facilement le matérialisme philosophique marxiste. Vieux procédé: on commence par attribuer à l'adversaire une absurdité, pour la critiquer ensuite triomphalement.

 

      En réalité, l'identification de la conscience et de la matière est une thèse du matérialisme vulgaire, et non du matérialisme dialectique. La philosophie matérialiste marxiste a toujours lutté contre cette conception. Elle trace une ligne de démarcation entre la conscience qui reflète le monde matériel et la matière elle-même.

 

      Toutefois, il ne faudrait pas pousser à l'extrême la différence entre la conscience et la matière pour aboutir à la rupture radicale. Cette rupture est caractéristique du parallélisme psyco-physique. Les partisans de cette théorie affirment que la pensée, la conscience, sont des processus qui se déroulent parallélement aux processus matériels du cerveau, et d'une manière parfaitement indépendante. La science dément ce point de vue. Elle démontre que la vie psychique de l'homme n'est qu'un aspect particulier de la vie de l'organisme, une fonction particulière du cerveau.

 

      Le matérialisme dialectique n'admet pas la rupture entre la conscience et la matière, qui aboutirait à faire revivre les vieilles représentations primitives où les phénomènes de la vie s'expliquaient par l'action d'une âme particulière placée dans le corps qu'elle commande.

 

      Pour résoudre le problème psycho-physique, c'est-à-dire le problème des rapports entre l'activité psychique de l'homme et l'organe physique de cette activité, le cerveau, on doit voir la différence aussi bien que la liaison entre ces deux termes. Il na faut pas oublier leur différence, puisque l'identification de la conscience et de la matière aboutit à des absurdités évidentes. Mais il ne faut pas non plus détacher la conscience du cerveau, car elle est une fonction du cerveau, c'est-à-dire de la matière organisée d'une façon particulière.

 

 

( Mardi le, 20 mai 2014, notre blog continue avec le texte suivant: " LES ADVERSAIRES DU MATERIALISME PHILOSOPHIQUE " )

 

 

publicado por filosofia-xauteriana às 12:36 | comentar | favorito